Ignorer et passer au contenu
Recevez des produits exceptionnels gratuitement pour tout achat de 60 €
Connexion
Ou  Créer un compte
Mot de passe oublié ?
S'identifier
Ou  Connexion
Ce champ est obligatoire
Réinitialiser son mot de passe
Nous vous ferons parvenir un e-mail pour réinitialiser votre mot de passe
Santé des femmes enceintes et des nouvelles mamans
|
15 décembre 2021

Post-partum : les mythes à défaire et les peurs de maman

Quand nous sommes enceintes, chaque personne que nous rencontrons, de la famille aux amis jusqu’aux étrangers au supermarché, a quelque chose à dire sur la maternité et sur la façon dont nous devons prendre soin d’un nouveau-né.

Personne ne vous dit cependant une chose peut-être plus importante : comment la maternité conduit à secouer tout votre être, votre vie et votre identité.

L’arrivée d’un enfant est pure joie, émerveillement, enrichissement. Mais c’est aussi beaucoup plus. Vous vivrez des moments, des jours, des semaines ou des mois où vous ne saurez plus qui vous êtes. Rien ne vous semblera familier, tout changera, de votre corps à votre routine quotidienne, vos priorités, vos objectifs de carrière, vos relations. Vous vous sentirez perdue, perdue, effrayée.

La crise d’identité

Avant la maternité, il n’y avait que vous. Quand votre enfant est né, vous êtes née comme mère. Vous avez subi un profond changement qui peut déclencher une crise d’identité.

Dans notre vie, nous vivons différentes crises d’identité, de l’adolescence à l’âge moyen, mais ce qui rend la transformation de l’identité de la maternité si différente des autres sont les changements biologiques qui se produisent pendant la grossesse et le post-partum.   

Une étude de 2016 a révélé que pendant la grossesse, et pendant au moins deux ans après l’accouchement, le cerveau d’une mère subit un remodelage significatif.  Cela signifie que les domaines associés à la connaissance sociale et à l’empathie changent.

Bien que les chercheurs ne soient pas encore en mesure de fournir des considérations définitives, ils théorisent que notre cerveau se développe pour s’adapter à la maternité et mieux répondre aux besoins de l’enfant.

Les changements physiques, psychologiques et émotionnels qui se produisent chez une mère

Il y a beaucoup de changements qu’une mère vit après la naissance de son enfant. Les hormones vont hors de contrôle, le corps se modifie à nouveau après le changement qui se produit dans la grossesse, il modifie aussi la façon de vivre les relations affectives.

Ces expériences sont presque universelles, c’est pourquoi l’anthropologue Dana Raphael a inventé le terme matrescence. Ce mot englobe et décrit les changements physiques, psychologiques et émotionnels qui se produisent lorsque vous devenez mère.

Comme l’adolescence, la matrescence est aussi fortement liée à l’identité personnelle. Quand nous sommes adolescentes, notre identité est façonnée par le fait que nous pouvons être différents de nos parents. En tant qu’adultes, notre identité est fortement liée à notre emploi et à notre rôle.

Mais quand un enfant naît, notre travail, nos priorités, nos objectifs de carrière, tout est mis de côté. 

Le nouveau quotidien est dicté par les besoins d’un petit être humain qui dépend de nous pour tout. Et cela arrive pratiquement du jour au lendemain.

Pour cette raison, accordez-vous des mots gentils envers vous-même, ne pensez pas que vous êtes "mauvaise" ou que vous vous trompez sur tout. Vous luttez pour retrouver votre nouvel équilibre, vous vivez un changement fort, et ce n’est ni facile ni immédiat.

Le mythe de la "Mère Parfaite"

"Je pensais que la maternité devait être une expérience heureuse, pleine d’amour, qui donne plus de sens à la vie. Mais en vérité, je ne peux pas la vivre aussi sereinement, je suis souvent triste, je me sens confuse, je sens qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez moi. Je me trompe sur tout". Ce sont souvent les mots de mes patientes.

Combien de mythes sur la maternité avons-nous intériorisé dans notre être ?

Beaucoup plus que ce que nous imaginions.

Notre culture vit sur des mythes liés à la maternité qui nous conditionnent consciemment et surtout inconsciemment.

Notre amour propre en tant que maman est basé sur les attentes et les idéaux que nous avons créé à travers les modèles maternels près de nous jusqu’aux images de mère idéale dans les films, séries tv, publicité.

Le problème est que ces idéaux ne sont pas réalistes et souvent les attentes sont trop élevées et inaccessibles.  

Ce n’est qu’en remettant en cause ces mythes que nous commencerons à nous interroger sur le message de fond et à remodeler notre définition de la maternité.

La mère parfaite des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux n’aident pas les mères et développent une compétition malsaine. Souvent, sur les réseaux sociaux, nous voyons tout ce que nous ne sommes pas : des super mamans qui jonglent parfaitement entre les responsabilités, des maisons super propres, une nourriture toujours saine, des carrières idéales, des enfants modèles.

D’après ce que nous voyons, les autres mamans y arrivent, donc nous pensons que nous pouvons y arriver, donc nous nous sentons obligées de tout faire nous aussi. Mais est-ce vraiment le cas ? Pouvons-nous baser notre expérience que sur quelques minutes de vidéo ou une belle photo ? 

Souvent nous ne nous rendons pas compte que nous ne voyons que les meilleurs moments et nous croyons que ce que les autres mamans publient sur Instagram est toute leur journée, toute leur vie.

Et quand nous commençons à comparer notre quotidien avec les leurs, les autres mamans deviennent la norme à respecter, l’idéal à atteindre. C’est comme ça qu’on définit une "bonne maman".

Le burn out des parents

Cet excès d’informations qui vient de tous ceux qui nous entourent (bien intentionnés, bien sûr !) et des réseaux sociaux fait en sorte que nous nous sentons comme si nous ne faisions pas assez.

Quand on pense que l’on veut être une "bonne mère", ce qu’on veut vraiment, c’est la perfection. Comme nous le savons tous, non seulement la perfection n’existe pas, mais elle est aussi nuisible.

Le perfectionnisme conduit au burn out parental.

Le burn out parental est la combinaison d’épuisement, de l’espacement émotionnel et du sentiment d’inefficacité en tant que parent qui découle du stress parental chronique.

L’extrême fatigue causée par la prise en charge des enfants conduit, dans les cas les plus graves, à se sentir émotionnellement détaché et à douter de ses capacités parentales. Le parent épuisé ne peut plus être impliqué dans la relation avec son enfant mais il se limite à les prendre en charge physiquement (les laver, les habiller, les nourrir, les emmener à l’école...) sans ressentir d’émotions.

Nous pensons souvent qu’il suffit de prendre un moment pour nous pour se reprendre, comme faire un bon bain chaud, une promenade avec les amies, une journée au spa, ou regarder notre série préférée. Tout cela nous aide certainement à relâcher l’anxiété et la colère, mais sommes-nous sûrs que c’est assez ?

Parfois oui, d’autres fois il faut aller plus loin et réfléchir à ce que signifie pour nous d’être une "bonne mère".

Pas une "mère parfaite" mais "suffisamment bonne"

Le pédiatre et psychanalyste Donald Winnicott a inventé l’expression "mère suffisamment bonne", qui indique une approche de la parentalité qui implique d’être sensible, réactif et adaptatif aux besoins et aux capacités de développement de nos enfants. En contraste direct avec le parent parfait selon le modèle parental de Winnicot, il est important de reconnaître que vous ne pouvez pas être tout ce dont ils ont besoin tout le temps et c’est bien comme ça.

C’est bien d’échouer de temps en temps, de manière gérable et adaptée au développement, parce que nous aidons nos enfants à devenir des adultes plus sains et plus adaptatifs.

Cela ne signifie évidemment pas que nous devrions créer des moments de tension dans le but précis d’enseigner à nos enfants de 6 mois que le monde ne tourne pas autour d’eux. Le but n’est pas d’être une mère "parfaite" mais d’être une "mère suffisamment bonne".

 

Le secret pour être non seulement une mère sereine mais aussi une bonne mère est de ne pas essayer d’être trop parfaite, de faire trop de choses ensemble et d’être toujours présente à tout moment.

Au contraire, ce serait la recette pour être une mère frustrée, avec peu d’amour propre pour ses propres compétences parentales, et avec des enfants en conséquence moins sereins. Une bonne mère est attentive aux besoins de ses enfants mais elle sait aussi quand ne pas être trop rigide avec soi-même.

 

Dr Sara Baggetta - Psychologue du développement et de l’éducation

Experte en psychologie périnatale, elle s’occupe du bien-être de la mère et de l’enfant, de la parentalité et du sommeil infantile. Elle aide ainsi les mamans à trouver un nouvel équilibre en leur donnant un soutien pré et post-partum.

Votre prochaine lecture